Répondre à : Achat collectif d’un camping ou d’une zone de loisirs?

Forum de HabitatLeger.be Débats, partages d’infos Les lieux pour habiter léger Achat collectif d’un camping ou d’une zone de loisirs? Répondre à : Achat collectif d’un camping ou d’une zone de loisirs?

#189
Smerf
Modérateur

Bonjour

Cela va dépendre de plusieurs questions de départ à vous poser:

  • Est ce que la zone de loisirs est en zone inondable,
  • Est ce qu’elle est ou a été couverte par le plan HP,
  • Est ce serait à destination de loisirs ou de résidence principale?

Par ailleurs d’autres personnes réfléchissent à un projet de ce type là, à travers un site dans le namurois Prenez contact avec eux via FB si vous êtes relié à çà

Pour votre info totalement +/- complète, le gros litige sur les zones orange au plan de secteur est qu’elle ne serait pas destinées, de certains points de vue juridique, politique et au final administratif, comme un lieu où l’on peut résider (dont le symptôme administratif est qu’on y vit plus de 6 mois par an et qu’on y est domicilié, et qu’on se sent chez soi là), mais bien destiné à l’hébergement touristique et donc aux touristes. [Article 1er, 28° hébergement touristique: le terrain ou logement mis à disposition d’un ou plusieurs touristes, à titre onéreux et même à titre occasionnel; + 49° touriste: la personne qui, pour les loisirs, la détente ou les affaires, se rend dans un lieu de destination situé au-delà de la commune où elle réside habituellement ou des communes limitrophes à celle-ci et qui séjourne hors de sa résidence habituelle] =>Code wallon du Tourisme.

Il y a eu des longs combats entre les habitant·e·s et des administrations à ce sujet. Ce n’est toujours pas réglé, mais on peut déjà dire, presque certainement (c’est mon avis personnel), que plus aucun pouvoir public n’esseyera de mettre ces habitant·e·s dehors dans les années à venir sans perdre totalement de la crédibilité, ou sans passer pour quelqu’un d’ignoble… Tous ces hébergements sont bel et bien devenus les habitations des personnes qui y vivent. Ce ne sont plus des hébergements touristiques mais des habitations légères, selon l’usage qui en est fait.

Je ne vais pas plus loin, c’est un sujet hautement politique et juridique qui a fait couler beaucoup d’encre et produit beaucoup de douleurs chez les habitant·e·s qui désirent-aient y habiter. Comme partout, il y a de la misère, mais ce n’est pas la misère qui détermine l’habitat permanent.

Peut être commencer par lire ces publications et celle ci

Bonne journée

Vs