Achat collectif d’un camping ou d’une zone de loisirs?

Forum de HabitatLeger.be Débats, partages d’infos Les lieux pour habiter léger Achat collectif d’un camping ou d’une zone de loisirs?

Mots-clés : ,

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #187
    Laurent Messiaen
    Participant

    Bonjour, que pensez-vous de l’idée d’aquérir collectivement un camping ou une zone de loisirs pour en faire un lieu pour habitats légers avec une conception et une gestion écologique de l’ensemble (qui serait comme un grand jardin habité et productif)? J’y vois plein de possibilités:

    – y installer sa tiny house (pour ceux qui en ont une) ou y construire son habitat léger

    – s’essayer à ce style de vie via la location d’un habitat léger

    – « seconde résidence » bon marché dans un bel endroit avec une vie sociale (par ex. pour personnes âgées)

    – ‘time sharing » d’un habitat léger  entre différentes personnes qui passent une partie du temps sur place et une partie ailleurs, en rotation

    – accueil court terme pour des familles et des groupes (tourisme vert, formations, résidences …)

    – si la taille du lieu et le nombre de résidents le permet, espaces collectifs, épicerie locale, table d’hôtes, atelier collaboratif de construction d’habitats légers, permaculture, projets culturels… bref développement du site comme un petit village d’habitats légers.

    Il me semble que ça offirait une réponse au besoin de trouver des lieux pour y installer des habitats légers, tout en ajoutant une dimension collective bien utile… Evidemment l’idée serait que ceci soit possible à prix modique et facilite l’accès de chacun à la propriété – privée ou collective (?) de logements. Qu’en pensez-vous? Est-ce que ça répondrait effectivement à des problèmes souvent rencontrés en HL? Quels seraient les difficultés à prévoir?

    Je ne connais pas encore bien la règlementation « zone de loisirs », du coup je ne suis pas sûr que ce soit faisable. Avez-vous des infos à ce sujet? Où en trouver? Il y a évidemment aussi la question de la possibilité ou non de se domicilier de façon permanente dans un camping ou une zone de loisirs…

    #188
    Laurent Messiaen
    Participant

    … il est sans doute aussi possible de créer un camping plutôt que d’en acheter un 😉

    #189
    Smerf
    Modérateur

    Bonjour

    Cela va dépendre de plusieurs questions de départ à vous poser:

    • Est ce que la zone de loisirs est en zone inondable,
    • Est ce qu’elle est ou a été couverte par le plan HP,
    • Est ce serait à destination de loisirs ou de résidence principale?

    Par ailleurs d’autres personnes réfléchissent à un projet de ce type là, à travers un site dans le namurois Prenez contact avec eux via FB si vous êtes relié à çà

    Pour votre info totalement +/- complète, le gros litige sur les zones orange au plan de secteur est qu’elle ne serait pas destinées, de certains points de vue juridique, politique et au final administratif, comme un lieu où l’on peut résider (dont le symptôme administratif est qu’on y vit plus de 6 mois par an et qu’on y est domicilié, et qu’on se sent chez soi là), mais bien destiné à l’hébergement touristique et donc aux touristes. [Article 1er, 28° hébergement touristique: le terrain ou logement mis à disposition d’un ou plusieurs touristes, à titre onéreux et même à titre occasionnel; + 49° touriste: la personne qui, pour les loisirs, la détente ou les affaires, se rend dans un lieu de destination situé au-delà de la commune où elle réside habituellement ou des communes limitrophes à celle-ci et qui séjourne hors de sa résidence habituelle] =>Code wallon du Tourisme.

    Il y a eu des longs combats entre les habitant·e·s et des administrations à ce sujet. Ce n’est toujours pas réglé, mais on peut déjà dire, presque certainement (c’est mon avis personnel), que plus aucun pouvoir public n’esseyera de mettre ces habitant·e·s dehors dans les années à venir sans perdre totalement de la crédibilité, ou sans passer pour quelqu’un d’ignoble… Tous ces hébergements sont bel et bien devenus les habitations des personnes qui y vivent. Ce ne sont plus des hébergements touristiques mais des habitations légères, selon l’usage qui en est fait.

    Je ne vais pas plus loin, c’est un sujet hautement politique et juridique qui a fait couler beaucoup d’encre et produit beaucoup de douleurs chez les habitant·e·s qui désirent-aient y habiter. Comme partout, il y a de la misère, mais ce n’est pas la misère qui détermine l’habitat permanent.

    Peut être commencer par lire ces publications et celle ci

    Bonne journée

    Vs

    #190
    Smerf
    Modérateur

    C’est bien la destination au plan de secteur qui est déterminante. Par exemple, acheter un terrain qui ne serait pas en « zone orange », pour y faire une zone résidentielle ou un camping ne pourrait pas permettre de se voir délivrer de permis nécessaires pour les hébergement touristiques qui y seraient implantés. (ceci toujours dans l’idée d’être « dans les clous »)

    #191
    Hennin
    Participant

    Salut Laurent,

    perso, je trouve que l’idée est bonne.

    Surtout qu’ils existent des campings à l’abandon… questions juridiques et tous ça c’est pas ma tasse de thé, là je peux point t’aider.

    J’avais visité, il y a un an, le camping abandonné à  Cambron Casteau (où il y a Païri Daza), j’ai pensé à la même chose que toi à ce moment là… Electricté déjà installé, les sorties aux égoûts idem, ….

    Malheureusement, ce lieu a été acheté par Païri Daza … pour rien en faire….

     

    Bien à toi

    Sylvain

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.